HOW DO YOU ARE

Download Program Here
Program on Web

A 48 hour festival of contemporary and living art, presented in the city of Bordeaux December 30th and 31st, 2008 in the Base Sous Marin, CAPC (Museum of Contemporary Art), Galerie Cortex Athletico and the City of Bordeaux. The festival featured over 100 international artists and was a festival celebrating community, contemporary art and the New Year.

'After living in a place like Berlin for so long, where everybody comes from everywhere; language begins to fail you and other forms of communication become more important. As a family of friends who have abandoned their homelands, you begin to create your own language. Your start to create your own words (a mishmash of many languages), new grammar structure, perhaps you lose a tense (lets say the future tense) and of course you acquire a new accent (a general "european" one). You start to rely more on expression, images and feeling to explain yourself. Language becomes a secondary tool to communicate what you want to say or how you feel.
A good friend of mine who comes from Argentina learned most of his english in Berlin. He had a lot of misconceptions about the language as he grew up in the outskirts of Buenos Aires. For example, he thought the lyrics for M.C. Hammer's hit 'Can't Touch This' was 'Chin Chustin'. He didn't know what it meant, but he certainly understood the spirit of the song. He also thought that a common greeting used by english speakers was 'How do you are?'. I would always answer him, 'Do I fine are you and?'What is important is not the mistake or how funny the words sound, but the fact that he tried to communicate something from his heart; and that this question 'How Do You Are?' was spoken with genuine curiousity and heartfelt openness.
What this title represents is an invitation to the audience and the artists to dare to communicate, to dare to be misunderstood with words and movements, concepts and images, colors and sounds. I want a dialogue to occur. What these artists have in common isn't style or taste, it is their eagerness and need to be heard. These are artists who are daring to create work with little or no money, who are daring to create their own language with the bare essentials of their selves, their hearts and their courage. These are people who are challenging the role of director and curator and asking theaters and spaces to reevaluate their old fashioned ideas of production. People who are making work with as much earnestness and as little pretension as my friend who would knock on my door at 8 in the morning and ask me, in all seriousness, 'How do you are?'
So I would like to invite the city of Bordeaux and from any/everywhere else to participate in this incredible event of new artists from around the world who are daring to communicate and put their selves on the line, and ask each other, in all seriousness, How do you are?'
-Jared Gradinger 2008

Matias Aguayo

Happy New Year




Scout Wölfli

On a Genetic Level Smell Light Laugh Memory Tear 1

On a Genetic Level Smell Light Laugh Memory Tear 2

Zachary Quinto

Countdown

New Year Wishes

Flash Mob



Découvrez Les grandes traversées de Jared Gradinger à Bordeaux sur Culturebox !

Bordeaux -> Berlin
Les Grandes Traversées, les 30 et 31 décembre à Bordeaux

source : Les éditions du mouvement // date de publication : 18/12/2008 // 5426 signes

A Bordeaux, les Grandes Traversées continuent de se réinventer et de rechercher de nouvelles formes de partage de l’expérience artistique. A travers la personnalité du performer new-yorkais Jared Gradinger, c’est la ville de Berlin qui investit, deux jours durant, trois lieux de la cité girondine, invitant à terminer l’année par une traversée des apparences joyeusement indisciplinaire.

Emblématique de cette mutation est la personnalité de Jared Gradinger, « MC » de cette édition, et à travers lui la ville de Berlin, où ce performer new-yorkais a élu domicile comme bon nombre d’artistes de tous les pays, et dont sont issues la plupart des propositions artistiques de cette édition 2009. Cosmopolite et polyglotte, la communauté artistique qui est en train de s’y constituer, et d’y développer une nouvelle forme d’échange artistique, peut-être plus « équitable », a en effet permis la prolifération d’un nouvelle forme d’espéranto dont témoigne le titre de cette édition : « How do you are ? » Dans cette interrogation (adressée un jour à Gradinger par un ami artiste argentin), la maladresse, l’incorrection grammaticale se parent instantanément de vertus poétiques, pour ne pas dire métaphysiques : à travers elle, Gradinger dit ainsi vouloir inviter les spectateurs et les artistes à « oser communiquer, [à] ne pas avoir peur d’être incompris aussi bien à travers les gestes, les mots, les concepts, les images, les couleurs et les sons. »

Car cet espéranto qui a cours dans la capitale allemande est aussi un espéranto artistique : ni un amphigouri, ni un « plus petit dénominateur commun », plutôt une manière ouverte d’aborder la multiplicités des langages artistiques et des registres esthétiques. Issus de tous les horizons géographiques et de tous les champs de la création artistiques, les artistes qui s’y croisent ont aussi en commun un « désir » et un « besoin d’être entendus », et, conséquemment (du fait aussi de la précarité financière dans laquelle ils œuvrent généralement), une manière décomplexée d’aborder la création, autant d’ailleurs que leur statut de créateurs. C’est avec une sorte de nouvelle naïveté qu’ils s’approprient les moyens techniques (d’une richesse sans précédent) mis aujourd’hui à leur disposition, et qu’ils n’hésitent pas à arraisonner d’autres « disciplines » que la leur, en se jouant des taxinomies. Tous les artistes invités à tenir la barre de ces Grandes Traversées sont un peu à l’image de la personnalité de Jared Gradinger : « un danseur qui n’a jamais appris ce métier ; […] un chorégraphe qui n’a montré que très peu de pièces ; […] un homme de théâtre qui n’en fait plus », comme le dit Eric Bernard, mais surtout quelqu’un qui « excelle dans tout ce qu’il fait ; aussi bien dans le champ esthétique que dans sa capacité à être au centre d’une communauté agissante et en perpétuel mouvement ». Une attitude qui fait songer aux Geniale Dilettante, les « dilettantes géniaux », ce mouvement né dans le Berlin-Ouest de l’après-punk sous l’égide du groupe de musique industrielle Einstürzende Neubauten, unis par une même conception à la fois spontanée et partageuse, empirique et performative de l’art (avec un petit « a ») : décidément, Berlin semble bien être la patrie des artistes explorateurs, des mouvements artistiques où ce qui compte, ce n’est pas tant l’art que le mouvement (celui qui y mène, celui qu’il provoque). Et cela que les Grandes Traversées semblent rechercher avant tout chez leurs invités (qu’ils soient acteur ou spectateurs) : cette façon de considérer les disciplines comme des « boîtes à outils », des dispositifs modulables et mobiles que l’on peut mettre en commun à loisir ; cette curiosité qui traduit avant tout une envie de communiquer.

Difficile d’isoler une proposition ou une personnalité parmi la quarantaine au menu de « How do you are ? », réparties sur deux soirées (l’une consacrée à la danse, l’autre à la musique) dans le cadre magnifique de la Base sous-marine de Bordeaux, et sur une longue journée – au CAPC et à l’excellente galerie Cortex Athletico, le 31 décembre – au cours de laquelle se succèderont performances, workshops, rencontres, expositions, « atelier de confection de poupées ». On pourra choisir de se fier à certains titres – Petite histoire du punk argentin (de et par Tatiana Saphir), Edgar (de et par Grayson Millwood et Serpa Soares – photo), le Roadkill des Australiens de Splintergroup… – ou certains noms : la chorégraphe allemande Angela Schubot, les détonantes Japonaises Tenko ou Hanayo (à la galerie Cortex Athletico), ou encore les Allemands Transformer Di Roboter, duo de musiciens apôtres du chaos digital, dont les prestations scéniques feraient passer celles de Pan Sonic pour une soirée lounge. On pourra aussi bien préférer butiner et déambuler à l’envi, en se fiant avant tout à son esprit d’aventure et à sa fibre exploratoire : car ce sont là l'esprit et le sens mêmes des Grandes Traversées – un certain esprit collectif, et un certain sens de la désorientation.

David SANSON

Participating Artists
Matias Aguayo
Knut Berger
Orilo Blandini
Diane Busuttil
Andres Castoldi
Laurent Chetouane
Claudia de Serpa Soares
Nir DeVolf
Lisa Densem
Fred De Carlo
Sandra Fernandez
Fred Gies
Gob Squad
Jared Gradinger
Margret Sara Gudjonsdottir
Tal Hadad
Hanayo
Andreas Harder
Mark Howett
Sara Jane Howard
Mark Jenkins
Jutojo
David Kiers
Mark Levine
Grayson Millwood
Niklas Möller
Mt. Sims
Tenko Nakajima
Benny Nemerofsky Ramsay
Pictoplasma
Shannon Plumb
Zachary Quinto
Yorgos Sapountzis
Rahel Savoldelli
Leo Schmidthals
Angela Schubot
Luke Smiles
Nadine Stich
Sveinbjorg Thorhallsdottir
Transformer di Roboter
Gavin Weber
Laurie Young
Sampson Zaharkiv
Sigal Zouk

http://www.evene.fr/culture/agenda/how-do-you-are-beach-28217.php?video

Click on photos to enlarge

8_picture-8.png
       
8_proggt08lightimg11.jpg
       
8_bsm.jpg
       
8_base.jpg
       
8_mtsims.jpg
       
8_pablozuletazahr4.jpg
       
8_proggt08lightimg4.jpg
       
8_proggt08lightimg7.jpg
       
8_proggt08lightimg3.jpg
       
8_angela.jpg
       
8_proggt08lightimg6.jpg
       
8_markbaby.jpg
       
8_markfountain_v2.jpg
       
8_markfountain3.jpg
       
8_markfountian2.jpg
       
8_markgoround.jpg
       
8_niklas.jpg
       
8_crowd1.jpg
       
8_pdbod.jpg
       
8_garage1.jpg
       
8_garage2.jpg
       
8_marktoilet.jpg
       
8_artistscapc.jpg
       
8_markbench.jpg
       
8_markfountain.jpg
       
8_marklawn.jpg
       
8_antoinestill1.png
       
8_pablozuletazahr3.jpg
       
8_live-to-tell-small.jpg
       
8_olympics-2.jpg
       
8_talsound.jpg
       
8_doll.jpg
       
8_nik.jpg
       
8_hanarodeo.jpg
       
8_dollmaking.jpg
       
8_doll1.jpg
       
8_angrodeo.jpg
       
8_arnaud.jpg
       
8_transformer.jpg
       
8_familytree.jpg
       
8_hdyawall.jpg
       
8_matias1.jpg
       
8_matias2.jpg
       
8_crowd2.jpg